AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Notre Discord | La Carte | La nouvelle lune
les enfants 039 eldar
les enfants d eldar
les enfants d eldar

 Arisa - Demoiselle curieuse

- Administratrice -
avatar

Mon personnage
Âge: 19 ans
Métier: Étudie le journalisme/Tient un journal amateur indépendant au sein de sa faculté
A savoir sur moi:
Mar 28 Aoû - 23:11


ARISA LEIFSDÓTTIR


Âge : Son physique quelque peu enfantin et incertain lui donne l'air d'une adolescente. Mais il n'en est rien : Arisa est âgée de dix-neuf ans. Mais son air perdu, qu'elle arbore quasiment à chaque instant, lui donne l'air d'une enfant apeurée.

Groupe : Tout naturellement élevée dans ce culte, elle y est restée, de son choix : la jeune femme fait donc partie des Enfants d'Eldar.

Métier/Etudes : Ari s'est toujours donnée à fond pour ses études. Elle se mettait un point d'honneur à avoir de bonnes notes, si ce n'étaient pas les meilleures ; cela n'a jamais été par pur orgueil, mais seulement parce qu'elle se sentait seule. Puis, petit à petit, à force d'être rejetée, d'être trouvée "zarbie" par ses camarades de classe, elle s'isolait naturellement d'elle-même, étudiant alors ses cours, allant au-delà des espérances de ses professeurs. Puis, au fil du temps, elle a pris ce goût d'apprendre, cette soif de nouveautés, de poser des questions et d'enrichir et de consolider ses connaissances acquises. Par ailleurs, c'est un peu à cause de cela qu'elle met dorénavant sa foi en doute. Cependant, nous nous éloignons du sujet. Du haut de ses dix-neuf ans, elle étudie sa seconde année de journalisme.

Nationalité : La jeune demoiselle est née et a toujours vécu en Islande, tout comme ses parents ou même les parents de ses parents, et ainsi de suite. Elle est donc ce que l'on pourrait appeler une Islandaise native.

Infos santé : Arisa a toujours eu la santé fragile, ce qui l'empêchait de travailler aussi longtemps dans les champs ou de faire d'autres travaux comme les autres Enfants d'Eldar.
Elle tombe souvent malade, étant une enfant immunodéprimé ; disons qu'elle peut très bien mourir d'une grippe "simple" ou encore attraper des maladies plus sérieuse, plus facilement que les autres enfants ayant un bon système immunitaire. Elle n'est cependant pas ce que l'on peut nommer une "enfant-bulle", mais si son cas ne s'améliore pas, les médecins pensent qu'elle pourrait le devenir, sa santé se dégradant un peu plus chaque année. Mais Ari fait toujours comme si tout allait bien.

Taille : Arisa n'est pas vraiment grande, sans doute un bon mètre soixante, mais c'est tout.

Corpulence : Sa santé agissant sur son mental, elle n'a pas beaucoup d'appétit, et même si elle se trouve être une grande gourmande, elle ne pèse pas bien lourd. Elle est donc plutôt fine, avec quelques formes féminines non-négligeables mais pas non plus exagérées.

Situation économique : Elle vit toujours avec ses parents qui gagnent modestement leur vie. Le père est un boulanger au service de son culte, tandis que la mère travaille en ville en tant que professeure d'anglais.

Situation matrimoniale : Arisa est célibataire.

Risquer la disparition ? Oui.

Autre : Quelles autres informations particulières devriez-vous connaître sur cette petite Arisa ? Elle n'en a peut-être pas l'air, mais elle fait une collection de peluches. Sinon, physiquement parlant, elle arbore plusieurs cicatrices dues à d'anciennes opérations chirurgicales ou encore causées par des blessures diverses et variées.



Mon caractère


Peu sûre d’elle, Arisa doute énormément de tout ce qui l’entoure. Au fil des années, elle a appris à remettre en question tout ce qu’elle croyait vrai ou tout ce qu’elle pensait « normal ». Elle réfléchit sans cesse à son environnement, si tout ce qu’elle fait est justifié, si son dévouement à son culte est légitime et logique.

Lorsqu’elle était petite, elle ne se posait aucune question : elle se laissait vivre, profiter. Mais au cours des années, le jugement des autres, des habitants de la ville ne connaissant rien aux Enfants d’Eldar, ou encore même le comportement de ses parents ou de ses proches qui la rendaient perplexe, tout cela, l’amenait aujourd’hui à se questionner sur son existence même. Adolescente, elle ne supportait déjà pas d’avoir aucune réponse à ses questions pourtant digne d’intérêt d’après elle. Aujourd’hui encore, elle pose toujours ces mêmes interrogations, sans que personne ne puisse lui répondre avec exactitude ou de façon à satisfaire sa curiosité.
C’est donc naturellement qu’elle se dirigeait vers des études de journalisme, espérant ainsi avoir les moyens d’assouvir sa soif de vérité, de connaissance.

Cette nature curieuse se traduit souvent par une hyperactivité maladive qui la rend parfois sarcastique, mais toujours sur une touche d’humour (un peu maladroit). Ainsi, elle paraît être une demoiselle quelque peu énergique malgré ses problèmes de santé. Cependant, en grandissant, elle a appris à se maîtriser et elle sait se concentrer lorsqu’elle en a besoin ; même si parfois elle échoue, la plupart du temps elle peut contenir son hyperactivité.

Ce caractère quelque peu pétillant la met parfois dans des situations plutôt loufoque ou même dangereuse : elle a le don pour s’attirer des ennuis, surtout depuis qu’elle est à la faculté. Avant ses études supérieures, elle se laissait marcher sur les pieds, harceler, croyant qu’elle était trop différente pour être comprise. Mais en se posant les bonnes questions, elle s’est finalement rendu compte que ce n’était pas à elle de changer et qu’elle ne devait pas trahir ce en quoi elle croit : c’était aux autres de faire un effort pour comprendre ses positions, son culte quelque peu marginalisé par les habitants de la ville, et surtout pour accepter son comportement qualifié de « bizarre ».
Arisa réfléchit beaucoup, voire souvent trop, mais cela lui permet de découvrir des choses, d’apprendre. Ainsi, en même temps que ses cours et que son aide dans sa communauté, elle tient un petit journal indépendant, pour l'instant toute seule. C’est aussi pour cela qu’elle ne se laissera jamais plus marcher sur les pieds : elle est déterminée à révéler toute vérité qui doit l’être, quitte à faire évoluer ses propres croyances.

Croyances


Arisa est une jeune demoiselle perdue. Elle se questionne sans cesse sur sa légitimité quant à sa place dans le culte des Enfants d’Eldar. Elle approuve leurs idéaux, mais en même temps elle les remet en question : elle est ainsi, la petite, elle aime bien analyser. Et tous les principes de son groupe n’y échappent pas. Elle est admirative de sa qualité de vie obtenue sans le pillage moderne des communautés d’aujourd’hui ; elle aime vivre avec ce dont elle a besoin, ni plus, ni moins. Elle accorde du respect à ce système établi qui permet à tout le monde de subvenir à ses besoins sans piller plus que nécessaire notre chère Terre. Cependant, elle regrette parfois de ne pas avoir pu mener une vie d’adolescente dite normale, d’être mal perçue par les citadins et les autres enfants de son âge.

C’est ainsi que, Arisa, bien qu’aimant sa foi, commence à la remettre en question. Et si elle avait gâché sa vie en en menant une sans que l’on lui demande son avis ?



Mon Récit


Bien que ses parents se disputaient sans cesse, Arisa a eu une enfance plutôt heureuse. Elle a toujours vécu dans la communauté des Enfants d’Eldar, ses parents étant devenus des adeptes quelques années avant sa naissance. Cependant, la petite demoiselle ne le sait pas, mais le père qui l’a élevée n’est pas son parent biologique : sa mère l’a trompée avec un habitant d’Hafnor. Elle a cependant toujours gardé le secret, rompant tout contact avec son ancien amant, lui faisant promettre de ne jamais venir la revoir, lui mentant sur sa grossesse ; elle lui a fait croire qu’elle avait fait une fausse-couche.

Ainsi, grandissant dans les mensonges constants au sein de sa famille, elle se détacha peu à peu de ses deux parents. En primaire, elle restait à l’écart des autres enfants, préférant étudier et apprendre de nouvelles choses. Elle ne savait pas comment s’amuser ou aborder ses camarades de classe. Elle fut vite surnommée « la zarbie ». Bien que le fait d’être scolarisée dans la communauté aurait pu l’aider à se sociabiliser, Arisa passait pourtant le plus clair de son temps toute seule, entre bouquins et stylos. Les autres enfants l’embêtaient énormément à cause de ces petits détails, pour « s’amuser ». Mais elle pensait que tout cela était normal, donc elle se laissait faire. C’est au collège qu’elle commença à se poser des questions lorsqu’elle devenait de plus en plus sombre. Elle se demandait sans cesse pourquoi elle était comme cela, ce qui clochait en elle. Peu après, à seize ans, elle débuta ses études en dehors de la communauté, en se mélangeant aux autres enfants de la ville, les adolescents l’asticotaient pour les mêmes raisons. De plus, la plupart d’entre eux ne faisant pas parti du culte, ils ne comprenaient pas sa croyance. Ce ne fut qu’une source de harcèlement de plus. Ce dernier l’amena à la drogue et à d’autres joyeusetés, elle se posa de bonnes questions. Et si ce n’était pas elle qui clochait, mais plutôt les préjugés des autres ? Ainsi, elle se remit en question : elle n’avait jamais vécu une vie d’adolescente « normale », n’ayant pas la même culture que ses camarades, à cause de son culte. Elle n’avait aussi eu aucun vrai ami. Elle préférait travailler et étudier plutôt que de sortir tous les soirs. Donc non, ce n'était pas elle qui clochait, elle était seulement honnête envers sa propre nature. C’est pour cela que sa période de dépendance ne dura pas si longtemps que cela ; même si aujourd’hui elle a toujours peur de retomber dans les bienfaits imaginaires de ces anciens vices. Ses notes avaient baissé, mais elle s’est vite reprise en main, montrant à tous qu’une Enfant d’Eldar pouvait réussir.

Sa détermination l’a donc menée vers la faculté. Elle y étudie le journalisme, sa passion étant de découvrir les différentes vérités de ce monde. Cependant, toute son histoire l’a aussi poussée à se demander si son culte était légitime. Sur quoi reposait-il ? Était-ce vraiment normal d’obéir à une seule personne ? C’est pour cela qu’Arisa commence à fouiller dans la création de ce culte, qu’elle mène une investigation discrètement.
À la faculté, elle s’épanouit beaucoup. Elle a fait de nouvelles rencontres, et dirige un journal amateur indépendant. Chez elle, ses parents ne se parlent plus, sauf pour faire bonne figure devant autrui. La jeune demoiselle ne leur adresse quasiment plus la parole. Ils sont simplement trois personnes vivant sous le même toit. La seule chose qui retient encore les parents, c’est la santé fragile de leur enfant. Ils se sentent obligés de leur payer ses soins, une hygiène de vie plutôt raisonnable. L’état de santé d’Arisa ne s’améliore pas vraiment, mais il n’empire pas non plus. Elle est à peu près stable depuis quelques mois.

Arisa commence cependant à se poser des questions sur ses parents. Elle n’a jamais su pourquoi ils se détestaient autant et pour quelles raisons ils faisaient semblant de s’entendre devant les membres de leur communauté. Personne ne sait pour leurs disputes quotidiennes, et encore moins pour l’adultère passé de la mère ; cet acte est très mal vu par les Enfant d’Eldar, elle fait tout pour ne pas être découverte.

Ainsi, la petite demoiselle mène donc une vie mouvementée par ses amis et leurs questions existentielles.

Mon entourage


Sa nature de journaliste la conduisant à fréquenter plusieurs personnes, Arisa n’est pourtant proche que de quelques individus. Bien sûr, elle côtoie ses parents, Ellen et Leif. Elle n’est pas proche d’eux deux, et leur porte un regard plutôt accusateur, voire indifférent même. Cependant, à la faculté, elle s’est attachée à Leon et Merlin, deux de ses camarades de classe avec qui elle passe du bon temps.

Ces derniers temps, elle a rencontré un certain garçon prénommé Kaleb (prédéfini ici). Elle en tombe progressivement amoureuse ; cependant, elle perd tous ses moyens lorsqu’elle est avec lui, réagissant de manière parfois bizarre. Durant cet été, elle a fait connaissance avec Sören (prédéfini ici), un homme tenant un café-pâttisserie près de sa faculté.

Au sein de la communauté, elle s’est lié d’amitié avec Esther (veto), une femme d’un âge plutôt mûr qui lui prodigue souvent de bons conseils sages et réfléchis ; elle sait aussi faire de très bons petits gâteaux et de délicieuses boissons chaudes. Elle est la seule à connaître son état de santé et ses secrets les plus noirs telle que son ancienne addiction à la drogue en tout genre, et la difficulté qu’elle a de ne pas recommencer.
Son médecin traitant fait lui aussi partie des Enfants d’Eldar. Kjaran (fiche ici) lui apporte de bons soins. Elle l’apprécie pour son aide précieuse et son écoute. Néanmoins, elle ne lui a jamais dit pour son passé avec la drogue, le médecin n'ayant commencé à la suivre il n'y a que quelques semaines ; son ancien médecin ne faisait pas partie de la communauté, alors quand il a dû partir à la retraite, elle a donc décidé de se faire suivre par un faisant parti des Enfants d'Eldar.



Derrière l'écran



Pseudo : Ceylhan ou encore Nemira, ces temps-ci, Vermine.
Âge : Quelques années usées.
Double-compte : Nape.
A propos de toi : Moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Curieuse, mais...[liiiibre]
» Jolie demoiselle... Je vous présente le Loup c'est-à-dire moi! [Jade]
» Bonjour o/ ♥ [Promotion d'la demoiselle Adora]
» L'honneur d'une demoiselle [LIBRE]
» Catherine, Jeune et belle demoiselle

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les enfants d'Eldar :: Le Bureau :: Présentation :: Les habitants
CHRONOSREP